Un recueil de poésies publié par un adhérent de St Aubin de Terregatte

Après une lutte acharnée avec l’outil informatique :

 

- une indomptable souris,

- des mises à jour Windows qui s’invitent quand on n’a rien demandé,

- l’antivirus qui parle,

- le curseur qui disparaît de l’écran sans que l’on sache pourquoi !!

 

Le recueil de Monsieur Franco Silvano est enfin publié.

 

En effet, voilà plus d’une année que Monsieur Franco Silvano fréquente régulièrement l’Espace Public Numérique de la Communauté de Communes de Saint-James.

 

Cet habitant de Saint-Aubin de Terregatte, né à Rome en juillet 1933 a, entre 1958 et 2014 entreprit d’écrire un recueil de poésies en italien ; avec une partie en français.

 

 

 

Un recueil de poésies publié par un adhérent de St Aubin de Terregatte

Lorsqu’en 2014 il décide de publier ses écrits, son éditeur l’invite à abandonner sa fidèle machine à écrire et de lui transmettre ses écrits en PDF.

 

Mais c’est quoi le PDF ??

 

Il s’est alors inscrit à l’EPN pour bénéficier des ateliers de soutien et de l’appui technique lié à l’utilisation de son nouvel équipement.

 

Pour cette publication il a pu compter sur l’aide de Christelle Ameline, pour la relecture des textes en français, Stéphane Brouwers (bénévole à l’EPN), et de moi-même.

 

Ci-dessous, quelques mots de Monsieur Franco Silvano qui vous donneront sans aucun doute l’envie de venir à sa rencontre lors de la séance de dédicace qu’il organise,

 

Le mercredi 6 juillet

à 18h

Au siège de la Communauté de Communes de Saint-James

1, rue Maxime de Coniac

A l’issue de la séance, il s’entretiendra avec les présents.

 

 

« Ce petit livre vient d'être publié plus de 50 années après les lyriques “Amants en papier” (Amanti di carta), dans un chapitre de cette édition, ornées du Prix littéraire RAI – Radiotelevisione Italiana, 1962.

J'ose dire une vie, la mienne, sur laquelle j'enlève le voile d'un silence relatif à toute une série d'événements qui concernent tout être humain: la “vie” et c'est tout.

Si à cette époque les sujets étaient les émotions de la jeunesse, aujourd'hui, dans le souvenir, ils s'enrichissent d'une valeur plus intime que celle esthétique qui les avait engendrées. Sans doute l'émotion d'une paternité propre à tout ce que l'on peut exprimer de plus secret.

Il y a aussi l'affection et l'amour qui se délaient dans les plis du souvenir, plus ou moins vivaces, plus ou moins débridés, ou, alors, quand il est prudent riche en retenue.

Mais il y a aussi la tristesse pour ceux qui nous ont quittés et l'on n'a pu faire autre chose qu'admettre leur disparition.

Plus sévère pour qui était dans l'intimité  familiale, sur qui le temps se chargera de fondre la mélancolie du souvenir, pour le ranger dans les rangs des humaines vicissitudes.

Néanmoins l'émotion, même affaiblie, reste aux aguets dans les circonstances où le bruire d'une feuille, l'attention d'un regard, le souffle d'une brize soudaine, une vie, une mort, réveillent en nous des souvenirs.

a  t- il autre chose dans ce qui est poésie ? »  

Un recueil de poésies publié par un adhérent de St Aubin de Terregatte
Inscriptions toute l'année -  Hébergé par Overblog